C’est promis ! En 2012, l’e-mail est mort… (ou pas) !

C’est promis ! En 2012, l’e-mail est mort… (ou pas) !

4 181
PARTAGEZ CET ARTICLE

A l’occasion d’un petit ménage de Printemps dans mes documents (oui, j’ai de l’avance), je suis retombé sur des statistiques que j’avais mis de coté l’an dernier… Comme quoi, conserver : ça peut aussi servir parfois.

Bref, j’avais mis de coté les données particulièrement intéressantes d’un article sur lequel j’étais tombé et j’ai eu envie de les partager avec vous.

En effet, les débuts d’années sont souvent l’occasion de lancer à tout-va des prospectives pertinentes (ou non :p) sur un secteur d’activité particulier.

Il y a les éternels optimistes d’un coté, toujours prompts à voir la vie en rose quoi qu’il arrive !

Puis, il y a les éternels Cassandre, semant la terreur dans le coeur des ménagères de moins de 50 ans, promettant crises sur crises, que les carottes sont cuites et, accessoirement, la fin des haricots…

Attention, l’image ci-dessous peut heurter la sensibilité des plus jeunes…

Les carottes sont cuites !

Légende : Les carottes sont cuites.

Avec un plaisir non dissimulé, et coupant je l’espère l’herbe sous le pieds à de nombreux et éminents spécialistes, je me suis donc décidé à vous annoncer une terrible nouvelle :

C’est promis ! En 2012, l’e-mail est mort !

E-mail – 1971-2012 – RIP

Bon, tout d’abord, jetons un coup d’oeil aux statistiques !

En 1990, le trafic relatif aux correspondances par e-mail représentait près de 4% du trafic total d’internet (1).

En 2011, les e-mails ne représentaient plus que 0,23% du trafic internet total ! (2) C’est plus de 17 fois moins en 21 ans… 17 fois moins !!!

Bon… d’accord… Ce qu’il faut dire aussi, c’est que le trafic internet total a été multiplié par 14,98 millions en 21 ans…

Mais quand même ! Cela veut dire que le trafic relatifs aux emails a, à peine, été multiplié par 0,9 million en 21 ans ! C’est ridicule non ?!

(kof kof… désactivation du mode second degré)

Allez, trêve de plaisanteries !

Pour 2012, Cisco estime que le trafic internet global devrait augmenter de 30%.

Si on estime que la part de l’email devrait tomber aux alentours des 0,20%, cela représente tout de même une évolution positive pour le trafic global relatif aux e-mails de plus de 8% pour cette année 2012.

L’e-mail ne se porte peut-être pas aussi bien qu’internet dans son ensemble, mais il a clairement encore de l’avenir devant lui (au moins pour 2012).

D’ailleurs, c’est plutôt une bonne nouvelle…

L’e-mail, Vice-Champion du Monde !

Bon, l’e-mail n’est pas mort et c’est clairement une bonne nouvelle… Mais pourquoi ?

Et bien tout simplement parce que l’e-mail reste aujourd’hui encore le Vice-Champion du Monde du Taux de Conversion !

Les données suivantes sont issues d’un article du blog seewhy.com (3).

Elles sont le résultat de plus de 60 000 transactions réalisées sur de multiples sites marchands entre février et mai 2011.

Voici ce qui ressort de l’ensemble de ces transactions :

Tout d’abord, l’e-mail reste le plus grand pourvoyeur de fréquentation sur les sites étudiés.

Ensuite, dans une optique de pure “conversion”, l’analyse des données a été réalisée sur le pourcentage de trafic arrivant jusqu’au panier d’achats puis réalisant une transaction.

Le taux de conversion entre le panier et la transaction était de 23%, soit un taux d’abandon de panier juste en dessous des 78%.

A ce niveau, on peut voir que l’e-mail représente presque 57% du trafic total arrivant sur le panier d’achats.

Si l’on se concentre ensuite sur les conversions, soit les passages effectifs de commandes, on peut enregistrer les taux de conversion suivants par source de trafic :

Sans surprise, le champion du monde du taux de conversion est le trafic dit “direct”. Cela correspond aux visiteurs arrivant sur le site sans “source” particulière. Dans la grande majorité des cas, il s’agit de visiteurs connaissant déjà le site de vente et qui l’ont ajouté à leurs “favoris”. Ce sont donc des utilisateurs qui lui accordent déjà leur confiance.

En seconde position, nous avons les e-mails, avec des visiteurs qui se sont inscrits volontairement sur le site marchand suite à une première transaction ou via un formulaire. Ils sont en confiance avec le site, mais ne bénéficiaient pas forcement d’un besoin urgent. Néanmoins, les efforts marketing de ces sites ont payé et des achats ont été effectués.

En troisième position, nous avons à mon plus grand plaisir les réseaux sociaux. Ce sont donc des utilisateurs qui sont entrés en relation avec le site marchand sur ces réseaux. Cette relation a mené à un acte d’achat.

En quatrième position, nous avons les liens avec un trafic en provenance d’autres sites puis respectivement, le trafic issus des moteurs de recherche, le trafic issus des bannières, puis le trafic issus des campagnes type AdWords par ordre décroissant de taux de conversion.

L’e-mail n’est pas (encore) mort !

Vous l’avez compris, le titre de cet article et mon introduction étaient volontairement à prendre au second degré.

Il est évident qu’aujourd’hui encore, en 2012, on peut affirmer que l’e-mail n’est pas (encore) mort !

Et heureusement pour nous d’ailleurs ! Car il offre des avantages certains pour qui sait l’utiliser à bon escient.

 Une source de trafic qualifié essentielle, un taux de conversion alléchant, bref… Nos boites mail ont encore de beaux jours devant elles, n’en déplaise aux Cassandre. Et 2012 ne sera sans doute pas l’année de la fin !

Sources

1) http://www.wired.com/magazine/2010/08/ff_webrip/
2) http://seewhy.com/blog/2011/05/18/website-traffic-source-analysis/

Vous avez aimé cet article ? Alors n’hésitez pas à le partager sur votre réseau social préféré en utilisant les petits boutons ci dessous !

Mise à jour du 28 janvier 2012 : Le poids des spams est plutôt en baisse depuis fin 2010. 

Source : http://www.symantec.com/

Passionné par le web, les réseaux sociaux et le marketing, Harold est le Fondateur de TRIBELEADR. Titulaire d’un Bachelor of Arts in International Business Administration de la Newcastle Business School en Angleterre avec une spécialisation en Marketing, Harold a réalisé un parcours de près de 10 années au service du client dans le monde du commerce et de la distribution spécialisée.
  • http://www.reseauter.biz Olivier@Réseauter

    Et tu comptes dans ces e-mails les nombreux spams qu’on reçoit tous ???.

    • http://haroldparis.fr Harold Paris

      Les spams comptent effectivement dans ces statistiques. Quand on sait qu’ils représentent près de 80% de l’ensemble des emails qui transitent sur le net… C’est une donnée effectivement considérable. Merci pour ton commentaire Olivier !

      • http://www.recetteschinoises.com Seb

        Ton article prend en effet tout son sens, si l’on compte le pourcentage de spam qui augmente chaque années.

        • http://haroldparis.fr Harold Paris

          Bonjour Seb et merci pour ton commentaire ! Concernant le pourcentage de spams, je crois que celui-ci stagne actuellement aux alentours des 74%/75%. Il était retombé suite à certaines opérations de démantèlements de réseaux en fin 2010. Je rajoute l’info en fin d’article. :)